CHARLES d’ARZAC

FANTASY & POÉSIE

CARTON

ROUGE

ACCUEIL SITE MANIPULATIONS AIDES JEUNES ST ODILE - Paris

Aides financières pour les jeunes sans diplômes


Le gouvernement veut aider les jeunes sans diplôme et sans métier. Une bonne chose, à condition qu’ils se mettent à apprendre un métier pour se remettre au travail et s’insérer dans la société.

Mais il laisse de côté ceux qui ont un métier et les diplômes, mais qui ne trouvent pas de travail. Car, pas d’expérience.

Donc, à mes yeux, on aide sans condition pour ainsi dire, les feignants qui n’ont rien foutu à l’école, à continuer de rien foutre à part jouer à la console et ceux qui ont fait des efforts, on les laisse tomber pour qu’ils restent dans leur merde.

Une fois de plus on encourage la faignantise ! On  la rémunère même !

Et ceux qui ne réfléchissent pas, applaudissent à tout va. Ben oui ! Normal !

Mais voyons quelques détails…

Qui va payer les retraites pour nous, ceux qui travaillons aujourd’hui ? Puisque il ne faut pas compter sur ceux-là qu’on prime pour rester chez eux ?

Et, avec quel argent on les paye à rien foutre ?! Non impôts qui augmentent d’une façon plus ou moins masquée. Ben quoi ? On rame pour eux. Normal !

Je n’en parlerai pas du soi-disant « trou de la sécu » qui existe pour bien d’autres raison, même si celle-là en est une, sans être la plus importante.


Objectif du gouvernement PS : Les feignants sans études vont plus tard voter pour eux. C’est bien le PS et le gouvernement socialiste qui les gratifient à rien foutre.  Cela s’appelle un renvoi d’ascenseur. Laissons-les rêver les socialistes.

Il ne faut pas oublier un autre petit détail. Plus l’humain est inculte plus il est très proche de l’animal sauvage. Ce qui présente un risque grave pour la société toute entière.

C’est un risque à long terme.

Le risque à très court terme est ailleurs.

Celui du ras le bol de ceux qui travaillent et ne s’en sortent plus avec leur salaire, tellement ils sont ponctionnés par l’état.

Nos gouvernants socialistes et les autres, oublient une chose. Historiquement, toutes les révolutions ont commencé dans les estomacs vides. A méditer…